Le succès écologique des fourmis

Les fourmis ont colonisé tous les milieux terrestres compatibles avec la vie. Elles ont même colonisé les déserts où les abeilles sociales absentes, en effet dans ces habitats les ressources sont imprévisibles. On y trouve de nombreuses fourmis moissonneuses et aussi les fameuses fourmis à miel dont les ouvrières bonbonnes se gonflent de nectar pour les périodes de sécheresse et  pourront le régurgiter. Dans les endroits les plus arides on trouve la fourmi argentée. Quand les forêts sont incendiées, les fourmis sont parmis les premiers animaux à ressortir ; après les incendies au sud de Sidney en fin 2001, Frédéric Therin, le journaliste du Monde note comme première impression : "Une fourmi s'avance rapidement sur le sol noir comme du charbon" (18 janvier 2002).

Les fourmis représentent 2% des espèces d'insectes mais 10 à 15% de la biomasse animale des écosystèmes terrestres,  70% des insectes d'Amazonie, où leur biomasse est 4 fois supérieure à celle des Vertébrés.

Densité des fourmis : 8 millions / ha en forêt amazonienne, 20 millions / ha dans les savanes africaines.

Les fourmis évoquent systématiquement les superlatifs, par la diversité de leurs espèces, par la multitude des biotopes qu’elles habitent ou par la taille et la longévité des colonies qu’elles fondent. Les ouvrages des myrmécologues abondent de chiffres astronomiques pour les décrire. L’une des comparaisons les plus étonnantes pour représenter le succès écologique de ces insectes est celle proposée par Fittkau & Klinge (1973 ) : ces auteurs ont calculé qu’en forêt amazonienne, la biomasse de l'ensemble des fourmis et des termites équivaudrait au tiers de la biomasse animale totale de cette région du globe ! Les données récentes sur la biodiversité relativisent toutefois la dimension de ces chiffres puisque ce sont les procaryotes qui domineraient en fait largement le reste du monde vivant, que ce soit en nombre d’espèces ou en biomasse. Il y aurait 2,4.10P17 termites à la surface de la terre. La biomasse des insectes en fait serait très faible comparée à celle des bactéries :  sous-sol marin 66%, sous-sol terrestre 26%, sol émergé 4,8% et eau de mer 2,2% (en % du nb de cellules), termites seulement 0, 000012%, tous animaux domestiques 0,000080% et humains 0,0000072% (Whitman & Wiebe 1999) .

Le nombre d'espèces de fourmis :

Le nombre de fourmis à la surface de la terre

Selon Bernard Werber ("Les Fourmis") elles seraient de 1 milliard de milliards (=10P18) 

Si la surface des continents est de 149.754.000 km2 (150 millions de km2) dont la moitié sont habités par les fourmis (soit 75.106 km2)
- dans la savane africaine, il y a 20 millions de fourmis à l'hectare, soit 2 milliards au km2, donc
            75.106 x 2.109 = 150. 1015  ou 150 millions de milliards, soit près du chiffre de Werber
- en forêt amazonienne 8 millions / ha, soit 0.8 milliards au km2 , et 60 millions de milliards

Fittkau EJ & H Klinge 1973. On the biomass and trophic structure of the central Amazonian rain forest ecosystem. Biotropica 5: 2-14.
Whitman WB & WJ Wiebe 1999. Un recensement planétaire des microbes. La Recherche 317 : 26-29.

mise à jour le 08-Déc-2005