Wasmannia auropunctata

Les fourmis attaquent
Dans les années 20, certains agronomes s'étaient cru bien inspirés en introduisant dans les cultures gabonaises la minuscule "fourmi de feu" (Wasmannia auropunctata), originaire d'Amérique centrale. Il s'agissait de lutter contre les insectes parasites de diverses plantes cultivées, dont le cacaoyer. mais la petite fourmi carnivore s'est peu à peu répandue dans toute l'Afrique centrale, en se laissant transporter par les engins agricoles et forestiers. Et c'est ainsi qu'aujourd'hui elle menace la biodiversité dans plusieurs pays, s'attaquant à toute la faune sauvage, depuis les invertébrés jusqu'aux éléphants - qu'elle rend aveugles en leur mangeant les yeux. Plusieurs chercheurs, membres de la WCS (la Wildlife Conservation Society américaine), s'efforcent d'attirer l'attention sur ce nouveau problème écologique.
Le Nouvel Observateur, 16-22 déc. 1999, p. 118

Cette fourmi a aussi été introduite en Nouvelle-Calédonie où elle fait disparaître les fourmis locales. La Nlle-Calédonie compte 80% de flore endémique, pas de mammifères, 62 espèces de Reptiles (dont 87% endémiques). Elle s'est détachée il y a 80 millions d'années. Wasmannia est originaire d'Amérique tropicale, elle a envahit de nombreuses îles du Pacifique y compris les Galapagos. En présence de Wasmannia le nombre d'espèces de fourmis chute complètement, elle représente 90% à 99% des fourmis quand elle est présente. Elle monopolise les sources de nourriture, il est possible que les autres espèces crèvent de faim. Elle subit de fortes variations saisonnières comme les autres fourmis. Elle ne colonise pas la forêt dense complètement car elle préfère les milieux ouverts, elle pénètre à 30m dans la forêt, mais en 2 ans arrive à 70m. Cette fourmi se reproduit par bouturage uniquement. Elle se déplace avec l'homme uniquement. Une autre espèce pantropicale, Pheidole megacephala est un compétiteur efficace, mais elle pose un problème car elle est nuisible pour les cultures.
D'après la thèse de Jourdan, Université Paul Sabatier Toulouse, septembre 1999.