Les réalisateurs de cinéma et la fourmi 
  • David Lynch

Il se fait voyeur entomologiste, à l'affût de fourmis déchiquetant une oreille devant sa caméra ( Blue velvet), ou mises en scène pour un cliché (" Tête d'argile avec dinde, fromage et fourmis ") : " J'avais des fourmis dans ma cuisine. Alors j'ai fait une petite tête d'homme en fromage et dinde. Je l'ai sertie dans de l'argile et j'ai monté le tout sur un petit porte-manteau. J'ai mis un peu de dinde dans la bouche, les yeux et les oreilles. Je savais que les fourmis, iraient directement manger ça et, bien entendu, le lendemain, elles avaient construit une véritable autoroute, et circulaient dans les yeux et la bouche. "

David Lynch : "Entretiens avec Chris Rodley", Traduit de l'anglais par Serge Grünberg, éd. Cahiers du cinéma, 192 p., 1998)

Cité par Jean-Luc Douin (Le Monde, 11 Décembre 1998 Supplément)