Le bestiare du Monde (27 janvier 2000)LES FOURMIS DANS L'IMAGINAIRE HUMAIN

Les fourmis font partie de bon nombre de nos croyances, de nos légendes et de nos mythes. Ceci est particulièrement vrai en Afrique, chez les Dogons. Cette tribu du Mali fût étudiée pendant de longues années par l'ethnologue français M. Griaule. Celui-ci donna trois versions possibles pour expliquer le mythe de l'origine de la Terre. L'une d'elle, énoncée dans l'ouvrage Dieu d'eau implique les fourmis dans la formation de la terre. Pour les Dogons, Amma, le créateur du Monde était un potier. Il commença par fabriquer l'astre solaire et l'astre lunaire en pétrissant deux boules de terre en forme de canaris. Il leur donna la couleur rouge pour le soleil et blanche pour la lune. Puis il pris un peu de terre et la modela en forme de femme dont le sexe était une fourmilière. C'était la Terre, avec laquelle il s'accoupla pour donner le Chacal et les Monno. Ceux-ci donnèrent les ancêtres des hommes d'aujourd'hui.

Parfois la connaissance des fourmis est beaucoup plus proche de la réalité. Selon Pierre Jaisson (La fourmi et le sociobiologiste, 1993 p. 276) les indiens lacandons du Chiapas (Mexique) avaient une terminologie binominale pour désigner les fourmis de leur forêt, ce qui montre leur connaissance approfondie de la nature. Pour certains indiens de l'altiplano mexicain, c'est le serpent corail qui fonde les sociétés de fourmis champignonnistes Atta. Ils le considèrent comme la reine des fourmis. Effectivement le serpent entre impunément dans la colonie pour y pondre, d'où la légende qui en fait le fondateur de la fourmilière. Le même type de légende existerait à Madagascar pour d'autres fourmis et d'autres serpents. Un proverbe Mossi au Burkina Faso dit que lorsque les fourmis coordonnent leurs mandibules elle transportent un éléphant.

Les fourmis sont également présentes dans le Coran. La sourate 27 porte leur nom. Les fourmis sont mentionnées dans le verset 18. Elles y apparaissent comme un peuple évolué apeuré par la venue de Salomon. Ce texte datant de l'époque du Prophète servit par la suite de support à Djahiz dans son Kitâb al-hayawân (Le livre des animaux, 8/9ème siècle). Dans ce livre Djahiz décrit la fourmi comme un animal doté d'un odorat extrêmement fin lui permettant de détecter la nourriture à de grandes distances et d'informer les autres fourmis de la présence de cette nourriture. Le comportement des fourmis moissonneuses est aussi décrit. Les mêmes données se retrouvent dans " Les merveilles de la création" (Quazwini, 13ème siècle) et " La grande vie des animaux " (Damiri, 14ème siècle) (A. Aarab, comm. pers.).

A l'image de la philosophie de l'antiquité, les fourmis sont prises comme exemple par certaines religions. Dans le Talmud, elles sont le symbole de l'honnêteté et de la vertu ; pour le bouddhisme, elles représentent les activités matérialistes. Là encore, c'est bien souvent l'apparente perfection de leurs organisations sociales ainsi que les similitudes entre leur comportement et le nôtre qui incitent les prophètes à les prendre pour exemple. Certaines castes indiennes sont respectueuses de toute forme de vie et "marchaient pieds nus afin de ne pas écraser une fourmi, dans une ville où l'on mutilait les enfants pour les envoyer mendier" (Un coeur invaincu, de Mariane Pearl, Plon 2003, page 138).

La fourmi est souvent utilisée comme symbole de travaileur de l'ombre comme le journal du syndicat Sud d'Indre et Loire de la santé qui s'appelle "L'écho des fourmis" (exemplaire de février 2003) ou encore symbole d'économie, par exemple à Rennes pour le recyclage sélectif des déchets (photos d'Angélique Favreau, 2005), ou symbole du monde "underground" comme les architectes "Ant Farm" américains (1). La fourmi est aussi bien sûr symbole d'insecte économe et travailleur comme on le voit dans le journal Le Monde du 24 mars 2009

Le Monde 24 mars 2009

Modifié d'après de "Les fourmis", Alain Lenoir, dans "Si les lions pouvaient parler" sous la direction de Boris Cyrulnik, Gallimard, 1998.

Des fourmis qui parlent aux humains

Petite histoire de fourmi

L'arbre aux fourmis, conte africain

(1) En 1968, Doug Michels et Chip Lord fondent Ant Farm, groupe radical d'architectes établis entre San Francisco et Houston, sur la côte ouest des États-Unis. Ant Farm s'affirme comme un groupe d'architectes 'underground', à l'instar des fourmis d'où ils tirent le nom de leur groupe. Fascinés par les voitures, la culture pop, ils réaliseront vidéos, performances, installations, déployant une activité conceptuelle jusqu'en 1978, où l'incendie de leur atelier marque la fin du groupe. Le FRAC d'Orléans a présenté une rétrospective de leurs oeuvres du 7 juillet au 30 septembre 2007.

Exemple : House fo the Century, 1971-73; Mojo lake, Angleton, Texas :

Mis à jour le 29-Mar-2009